Bla Bla Bla

Magali, 20, Fille du Sud Ouest aimant le sport, étudiante en Biologie à ses heures perdues. On peut parler sport. Ski - Snow l'hiver à volonté, Cyclisme au soleil l'été, et entre temps dans les stades de Rugby et de Foot du sud.
Twitter & Instagram : Mag_itxaro & Mali_sport
Recent Tweets @
ditesleavecdesfleurs:

Dites-le avec des fleurs - Poing Dans Ton Cul

ditesleavecdesfleurs:

Dites-le avec des fleurs - Poing Dans Ton Cul

Chaban Delmas vs Moga 

Le grand débat. L’union Bordeaux - Bègles doit jouer à Chaban Delmas (Bordeaux) ou à Moga (Bègles). Chaban Delmas stade actuel des Girondins de Bordeaux (foot) reçoit quelques match de l’Union, les grosses affiches. Mais les Girondins vont quitter ce stade, anciennement Parc Lescure pour rejoindre le Grand Stade actuellement en construction. C’est alors qu’un grand débat est lancé… Que faire de Chaban Delmas. On a d’un côté les gens qui veulent que l’union joue à Chaban, et de l’autre ceux qui veulent rester à Moga. 

Du Rugby à Chaban, pas la meilleure vision du match. Qu’on se le dise, on ne voit rien du tout en virage et en latérale c’est pas le top mais c’est déjà mieux. Mais Chaban n’est PAS un stade de rugby. On pourrait qualifier les spectateurs de “Nouveaux supporters” ça siffle, ça insulte, ça se moque du physique de certains joueurs … Le public à Chaban les soirs de match de rugby est tout sauf connaisseur. On y trouve des dindes en rutes venant chercher un mari etc. 

Le public de Moga, est un public connaisseur. Oui on siffle aussi à Moga, mais on sait pourquoi on siffle, à Chaban ça siffle pour faire les malins. Moga est un stade convivial, il y a une certaine proximité avec les joueurs, ils passent au milieu des spectateurs pour rejoindre le vestiaire, comme on peut le voir dans d’autre stade de Rugby. À Chaban à moins d’avoir le petit bracelet magique, il est impossible d’approcher les joueurs (c’est pas un stade de foot pour rien). 

Il est certain que la capacité de Chaban est bien plus intéressante que celle de Moga, (en sachant que le maire de Bègles a des projets pour Moga). 

Remplir le stade, faire du fric semble être la priorité de certains, preuve que le rugby prend le même chemin que le foot. Mais il ne faut pas oublier l’esprit rugby. Cet esprit c’est surtout pas l’éloignement Joueurs-supporters que l’on peut trouver à Chaban, seuls les privilégiés peuvent rencontrer - approcher les joueurs. 

#PrayForSchumi 

(via ddunkelheit)

BOOOM

yoootv:

SUPERVENTION OFFICIAL TRAILER (HD)

vanssnow:

Fs Wallride — with Marc Klein and Christian Haller at Allmend Brunau. - via Iouri Podladtchikov.

jooyxhappinessc:

Le pays basque c’est juste génial.
Quand tout d’un coup tu as l’impression d’être rien.

                             14 : 3 et le reste.

Le Top 14… 14 équipes… les grosses écuries vs les petits qui essayent de se sauver, et au milieu quelques équipes. Voila comment on pourrait résumer le championnats. En tête, on a les gros : Toulouse, Toulon, Clermont… En bas, les petits : Bordeaux-Bègles, Mont de Marsan, Agen.  Deux objectifs différents : le brennus pour les uns, le maintien pour les autres. Ces clubs ont un point commun, ils font leur transfert dans le sud, sauf que pour certains c’est dans l’hémisphère sud et pour d’autre dans le sud de la France tout simplement dans les équipes de Fédérale.
Les supporters des grosses écuries vous diront que ces équipes envoient du jeu, du lourd. «Jeu de main jeu de toulousain» c’est bien connu … Le Stade Toulousain qui ne gagne plus des finales avec des essais mais juste en ayant un bon buteur. C’est ça le rugby ? C’est faire du jeu ?
Non pour moi dans un match de rugby, il doit y avoir du jeu, de l’envie. Cette envie on peut la retrouver dans les matchs de l’Union Bordeaux Bègles, de Mont de Marsan. Les gros se reposent sur leur budget, leur effectifs, alors que les équipes du bas de classement elles se reposent sur l’envie, sur la volonté, les valeurs apprises à l’école de rugby.
Les petits donnent tout face aux grosses cylindrés.  Affronter le Stade Toulousain et ses 19 titres de Champions de France, c’est pas une épreuve mais plutôt un honneur, mais quand on voit le comportement Toulousain durant le match… le point de vue change rapidement. Les toulousains gagnent actuellement plus le match à la parlante plutôt qu’en jouant au rugby.
Avis aux amateurs de rugby, (et aux personnes supportant le ST ou autres gros parce que c’est la mode), je vous conseille de retourner voir les fondamentaux que les petites équipes du championnat n’ont pas oublié. Vous vous régalerez plus devant un Union Bordeaux Bègles - Stade Montois que devant n’importe quel match du Stade Toulousain.

NB : Mon article vise beaucoup le Stade Toulousain par rapport à l’ASM, ou le RCT, mais les deux équipes précédemment cités respectent l’adversaire pas comme les joueurs du ST qui gagnent grâce à l’arbitre et qui se permettent de chambrer.

                                    On était même plus chez nous.

On a espéré, on y a cru et puis …

Après le match aller une défaite contre Benfica 1-0, tout était possible, le match retour étant en domicile, il y avait la possibilité de ce qualifié. Comme le résumé bien une banderole des Ultras “Parce que l’on a pas fait tout ça pour rien…”. Dans les premières minutes Benfica n’a rien montré (comme au match aller) et la une occasion et But ! La tache devenait très compliqué pour les Girondins. Durant la 2° mi-temps, le ballon a visité les deux cages. À peine l’égalisation girondine qui nous a permis d’y croire un tout petit peu, que sur la remise en jeu, un face à face que perd Carrasso et bam benfica qui reprend l’avantage au score. Clairement à ce moment là, nous avions conscience que la qualification s’envolait, mais nous dans les tribunes ce qu’on voulait c’était ne pas perdre, pas perdre à la maison. Les girondins reviennent au score à la tout fin du match et la … remise en jeu … 3-2 pour Benfica… Voila qu’avant le coup de sifflet final le peu de supporter girondins présent dans le Virage Nord préfère partir;

Les girondins ont clairement joué 2 matchs à l’extérieur, le Stade, notre Stade Jacques Chaban Delmas était Rouge. 26 000 spectateurs, les bordelais étaient trop peu nombreux. On se dit supporter et après pour les matchs où les joueurs ont besoin d’être soutenu, on laisse l’avantage à l’équipe visiteuse. Dans le stade on entendait que les chants portugais, le virage Sud a essayé de se faire entendre mais c’était mission impossible. Etre supporter c’est aller au stade quand on peut, aller les encourager et surtout soutenir son équipe même dans les moments difficiles et surtout pas cracher sur les joueurs parce qu’ils ont perdu.

Maintenant objectif Coupe de France. Encore un match à l’extérieur à Lens. On y croit. Allez Bordeaux.

                                            12 FEVRIER 2006.

Je me souviens de ce moment comme si c’était hier. Oui ça à l’air cliché comme phrase et pourtant c’est vrai. Les Jeux Olympiques, c’est quelque chose qu’on ne loupe jamais, tous les 4 ans, en plein été, on est tous concentré devant nos télé, à voir qui va être champion olympique, qui va gagner le fameux 100m … Mon premier rendez-vous assidue avec les Jeux, c’était en Août 2004, quand une fameuse Laure Manaudou est devenue championne olympique. Le coup de coeur de ma “jeunesse”. Mais en 2006, à Turin de l’autre côté des Alpes les Jeux Olympiques d’hiver, pour tout dire je ne m’y étais pas du tout intéressé soyons franc. Mais un dimanche midi, mon père a allumé la télé, car il voulait voir la descente, pour moi aucun intérêt moi le ski … UN FOSSÉ ! Cependant j’ai pas pu décrocher mon regard de la télé, j’avais 12 ans, mais j’avais l’impression de vivre un putain de moment avec la descente d’Antoine Deneriaz.

C’était peut être un déclic, le moment, la descente qui a fait que je me suis intéressée aux différents sports d’hiver. Et par ce post, je vous invite à suivre la saison de nos français, et j’espère du fond du coeur, que Sotchi 2014 sera un rendez vous que vous ne manquerez pas. Ces sportifs le méritent.